Portrait Joseph Kosma

Retour à la page du « Portrait »

Joseph Kosma, compositeur (1905-1969).


Joseph Kosma, un musicien en liberté

kosma

Pour lire, pour écouter

Il connaît la gloire la plus secrètement désirée par tout artiste véritable : son nom peut bien être oublié, son oeuvre est universelle. Qui n’a jamais fredonné Les Feuilles Mortes ? Compagnon des poètes, et musicien des cinéastes, ce hongrois adopté par le Paris des années 30 ne voyait pas la différence entre musique savante et musique populaire. Seule comptait la dimension humaine de son art.

« En venant en France, j’étais décidé à écrire des chansons dont, l’objet ne serait pas seulement de distraire mais aussi d’exprimer l’angoisse des hommes devant les menaces de notre monde moderne, passablement inhumain « .

On dirait que peu de choses ont changé dans le monde, depuis que Joseph Kosma soulignait ainsi son rapport aux poètes qu’il aimait : Prévert, Queneau, Aragon, Desnos… et Sartre, auteur des paroles de La rue des Blancs-Manteaux. Car pour être un art mineur, la chanson parfois touche à la plus haute poésie., on le sait au moins depuis Schubert.

De Budapest à Saint-Germain-des-Prés

Diplômé de composition et de direction d’orchestre à l’Institut Franz Liszt de Budapest, sa ville natale, il y fait ses débuts de chef d’assistant à l’Opéra ; fuyant la dictature de Horthy, il se rend à Berlin où il restera trois ans, pendant lesquels il se liera avec Hans Eisler et composera pour Bertold Brecht. La vie artistique est en effervescence à Paris comme à Berlin, mais c’est pour des raisons douloureuses qu’il émigre en France en 1933, fuyant cette fois le nazisme. La complicité est immédiate avec Prévert et Jean Renoir : une de ces rencontres où l’amitié, la conscience politique et l’art ne sont pas inséparables. C’est ainsi que naissent, entre autres les musiques de La Grande Illusion et d’Une partie de campagne pour la caméra de Renoir suivies dans la clandestinité de celle des Enfants du Paradis pour Marcel Carné. Kosma ne quittera plus la France où ses mélodies sont sur toutes les lèvres : celle des Feuilles Mortes, tirées du ballet Le Rendez-Vous de Roland Petit précède la bande sonore du film Juliette ou la clé des songes, prix de la meilleure musique au festival de Cannes 1951. Et comme en écho à l’histoire d’une vie, résonnent la douceur et l’amertume de la chanson Si tu t’imagines immortalisée par Juliette Gréco.

En attendant la reprise à Nice du ballet L’Ecuyère. Le monde tourne, il est vrai, mais il tourne mieux en écoutant Kosma.

Texte de Didier Henrytop


Pour lire, pour écouter

Documents disponibles à la MMM

Archives | Bibliographie | Discographie

Pour les nouvelles acquisitions, n’hésitez pas à interroger notre catalogue


Archives

« Comment va le monde Môssieu ? Il tourne Môssieu !  » Le titre de cette pièce de François Billetdoux semble aller comme un gant à Joseph Kosma. La partition de cette musique de scène est bien sûr présente, sous le numéro F000040, au fonds Kosma de la MMM. L’inventaire, achevé, devrait encourager à redécouvrir l’homme et le musicien, et au-delà des chansons, ses ballets, sa musique symphonique, sa musique de chambre et ses opéras : les Canuts et Les Hussards, sa toute dernière œuvre (1969). L’ensemble de ces documents – photos, correspondance, livres et revues, enregistrements sonores, partitions manuscrites comprenant de nombreux inédits – a été rassemblé avec le concours de l’Association des Amis de Joseph Kosma et de son archiviste Gérard Pellier.

Pour consulter l’inventaire et le fonds, contact :
Sonia Popoff : 01 53 89 09 10


Bibliographie

  • La Revue Musicale lui a consacré ses numéros 412, 413, 414, 415 / Maurice Fleuret . – Paris : Richard-Masse, 1989. – 293 p.
  • Les canuts 1831, la musique est aussi une aventure : extraits des carnets de Kosma / préparé par Marie Kosma-Merlin. – Paris : Les Amis de J. Kosma, 1982. – 24 p.
  • Musique et cinéma : un musicien, J. Kosma : un film, une partie de campagne / mémoire préparé par E. Manche sous la direction de J-R Julien. – Université de Paris Sorbonne, 12/1983. – 218 p.

Articles de presse et programmes

  • Les trois incantations de J. Kosma / J. Bruyr. – In : Musica n°102, sept 1962. – p. 44-49
  • Les canuts : programme du 36e festival international de Lyon (9 juin – 6 juillet 1981)


Les Portraits précédents

Rencontre | Claude Helffer | Emile Goué | Charles Koechlin | Yvonne Lefébure